description de Arbacia lixula - Oursin noir
accueil

Arbacia lixula (Linnaeus, 1758)

Oursin noir

Arbacia lixula

Carro, France, 8 mètres, 2018, WBN

Arbacia lixula

Sausset-les-Pins, France, 7 mètres, 2018, WBN

Description

Arbacia lixula est un oursin dont le test atteint 50 à 60 mm de diamètre. Aplati sur le dessus, il est de couleur rose mais le tégument qui le recouvre lorsqu'il est vivant est noir profond. Les piquants noirs eux-aussi et pointus mesurent jusqu'à 30 mm de long. Les podias ne possèdent pas de ventouse. La bouche sur la face ventrale est large et de couleur verdâtre. L'oursin noir est surtout actif la nuit période durant laquelle il broute sur les roches les algues calcaires Lithophyllum incrustans.

Distribution

Arbacia lixula vit depuis la surface jusqu'à 50 mètres de profondeur en Méditerranée où il est plus rare dans la zone nord-ouest et en Atlantique le long des côtes portugaises jusqu'à l'Afrique de l'Ouest.

Arbacia lixula © Mer et littoral 2019

Image satellite: © Esri, DigitalGlobe, GeoEye, Earthstar Geographics, CNES/Airbus DS, USDA, USGS, AeroGRID, IGN, and the GIS User Community

Classification

Source : World Register of Marine Species


Biota (Monde)
Animalia (Règne)
Echinodermata (Embranchement)
Echinozoa ()
Echinoidea (Classe)
Euechinoidea (Sous-classe)
Carinacea ()
Echinacea ()
Arbacioida (Ordre)
Arbaciidae (Famille)
Arbacia (Genre)
Arbacia lixula (Espèce)

Auteurs

Texte : Anne Bay-Nouailhat © 2008 - 2019.

Photographies : © Wilfried Bay-Nouailhat. Publiée(s) avec son aimable autorisation.
Sites internet et ouvrages de référence : Consulter la bibliographie

Comment citer cette page

Bay-Nouailhat A., décembre 2008, Description de Arbacia lixula, [En ligne] http://mer-littoral.org/30/arbacia-lixula.php, consultée le 24 août 2019.



Glossaire de la page

Test : squelette calcaire de l'oursin sur lequel s'articulent les piquants.

Tégument : tissu qui recouvre le corps d'un animal.

Podia : petit tube flexible muni d'une ventouse qui permet aux échinodermes de se déplacer et de s'accrocher et qui, chez les holothuries, se sont transformés autour de la bouche en tentacules pour capter la nourriture.