Accueil >  Faune et flore >  ...1 >  ...2 >  ...3 >  ...4 >  ...5 >  ...6 > 
Les Cnidaires 7 >  ...8 >  ...9

Les Octocoralliaires

Gorgone Eunicella singularis      Gorgone Eunicella singularis

Octocoralliaire vient du grec: Octo= huit, coralli= corail. Ce groupe réunit un ensemble d'animaux marins dont l'individu, le polype, forme par bourgeonnement (reproduction asexuée) des colonies sédentaires. Le polype présente toujours une symétrie d'ordre 8: ceci se traduit extérieurement par la présence de huit tentacules et intérieurement, par huit cloisons divisant la cavité gastrique.
Les colonies d'octocoralliaires peuvent être rampantes (Stolonifères), en- croûtantes (Stolonifères, Alcyonidés), charnues, lobées ou dressées (Alcyonidés, Pennatulidés) ou arborescentes (Corallidés, Gorgonidés). Leur taille varie de quelques millimètres de haut (Stolonifères) à près de deux mètres (alcyons, gorgones tropicales). Leurs couleurs sont souvent vives. On les rencontre dans tous les océans, avec une plus grande abondance d'espèces dans les mers tropicales.

Anatomie d'un polype d'Octocoralliaire

Le polype, ou zoïde d'octocoralliaire présente toujours huit tentacules bordés de petites excroissances: les pinnules. Ces tentacules sont chargés de la capture et de l'acheminement de la nourriture vers la bouche. La bouche, de forme allongée, s'ouvre au centre de la couronne tentaculaire. Elle est prolongée par le pharynx qui débouche dans la cavité gastrique. C'est par cet orifice unique que sont ingérés les aliments, et par lequel sont évacués les déchets. A l'une des extrémités de la bouche, qui s'élargit, s'ouvre le siphonoglyphe. C'est une gouttière ciliée, qui se prolonge dans le pharynx, et qui assure la circulation de l'eau.

Polypes d'Acyonium glomeratum      Polypes d'Alcyonium glomeratum

Anatomie d'un polype d'Octocoralliaire

Certaines colonies d'Octocoralliaires (tous les Pennatulidés, quelques Alcyonidés et Gorgonidés) possèdent un deuxième type de polype modifié, les Siphonozoïdes. Ceux-ci, démunis de tentacule, créent une circulation d'eau vers l'intérieur de la colonie. Les polypes d'octocoralliaires possèdent une colonne, l'anthocodie, qui peut être très allongée, plus de dix centimètres de long chez certaines espèces tropicales (Xenia). Chez la majorité des espèces, le polype peut entièrement se rétracter dans un calice.

Morphologie des colonies d'Octocoralliaires

Les polypes d'Octocoralliaires sont regroupés en colonies. Celles-ci sont issues du bourgeonnement d'un polype initial né de la larve planula. Suivant les espèces, les colonies prennent une forme rampante, lobée et charnue, ou arborescente. Au sein d'une même colonie, tous les polypes communiquent entre eux grâce à un système de canaux englobé dans le coenenchyme, et réparti en canaux principaux et canaux secondaires.
La majorité des Octocoralliaires possède un squelette. Celui-ci est composé d'éléments calcaires de petite taille répartis dans le coenenchyme: les spicules. Chez certains groupes, ces spicules fusionnent pour donner un axe squelettique rigide (Pennatulidés, gorgonidés). Chez quelques stolonifères (Cornularidés) les spicules sont absents, toutefois on note dans ce groupe, la présence d'une enveloppe cornée dans laquelle le polype peut se rétracter.

Exemple choisi: Corallium rubrum (corail rouge de Méditerranée). Cette espèce possède un axe squelettique calcaire, composé de spicules soudés par une substance calcaire. Sa surface est parcourue de puissants canaux longitudinaux (canaux principaux) parallèles à l'axe squelettique (les marques de ces canaux sont visibles sur le squelette de C. rubrum). L'intérieur du coenenchyme est parcouru de fins canaux superficiels (canaux secondaires), qui relient les polypes aux canaux principaux.
Système de canaux chez Corallium rubrum

Chez les Alcyonidés, les spicules épars dans les colonies ne permettent pas leur soutient. celui-ci est assuré par l'eau contenue dans les canaux. On parle alors d'hydro-squelette. L'eau est introduite dans les canaux par le siphonoglyphe ou par les siphonozoïdes (voir ci-dessus: Anatomie d'un polype d'Octocoralliaire).

Un peu de classification

Les Octocoralliaires sont répartis en 4 ordres principaux: les Stolonifères, les Alcyonacés, les Gorgonacés et les Pennatulacés.


Les Stolonifères (Stolonifera) se développent depuis un stolon basal adhérant au substrat. Ils vivent sur les roches et autres supports durs.




Les Alcyonacés (Alcyonacea) forment des colonies généralement lobées et charnues qui vivent fixées sur les roches et les épaves.




Les Gorgonacés (Gorgonacea) sont des octocoralliaires dressés, les colonies souvent arborescentes vivent fixées sur les substrats durs.




Les Pennatulacés (Pennatulacea) ou plumes de mer sont des colonies dressées et gonflées d'eau qui vivent partiellement enfoncées dans les substrats meubles, vase ou sable.



 

Textes et dessins:  Anne et Wilfried Bay-Nouailhat © 2007-2017.
Sites internet et ouvrages de référence : Consulter la bibliographie

Photographies: Gorgone Eunicella singularis © Wilfried Bay-Nouailhat.
Polypes d'Alcyonium glomeratum © Wilfried Bay-Nouailhat.


page 1 > Embranchement des Cnidaires - Présentation, comparaison des formes.
page 2 > Coupe de la paroi, organisation du Cnidoblaste.
page 3 > Hydrozoaires / Hydraires: Anatomie, développement et reproduction.
page 4 > Hydrozoaires / Siphonophores: Anatomie, reproduction d'un siphonophore.
page 5 > Scyphozoaires: Anatomie, reproduction d'une méduse.
page 6 > Anthozoaires: Présentation.
page 7 > Anthozoaires / Octocoralliaires: Anatomie d'un polype, système de canaux.
page 8 > Anthoz. / Hexacoralliaires: Anatomie d'un Actiniaire, d'un Scléractiniaire.
page 9 > Classification des Cnidaires